Dois-je changer l’hélice de mon moteur de bateau ?

#Conseils

Une hélice adaptée permet, dans un premier temps, au-delà de faire avancer le bateau à moteur, un bon rendement du propulseur. En effet une hélice non adaptée à votre moteur risque de détériorer les performances et donc le rendement de celui-ci. Une hélice trop grande va brasser trop d’eau et demander au moteur une énergie et une résistance pour lesquelles il n’est pas adapté. N’achetez pas une hélice parce que c’est une hélices pas cher, trouvez simplement l’hélice qui correspond le mieux à votre moteur.

Hélice abîmée, faut-il la changer ?

Ce n’est pas parce que nous vendons des hélices que nous vous dirons oui. Mais OUI, absolument, il faut changer son hélice. Vous avez frotté le fond de l’eau sans platine de protection d’hélice ? Vous avez chatouillé la vase, des cailloux, la roche ou même le sable et votre hélice est limée, rabotée, déformée voir même pliée ? Vous devez impérativement la réparer ou la changer.

Quelles sont les conséquences d’une hélice en mauvais état ?

Une hélice abîmée ne vous apportera que des ennuis. Composées de 2, 3 ou 4 pales, celles-ci doivent être parfaitement équilibrées afin d’assurer une rotation sans vibrations pour une propulsion optimale. En cas de choc sur un obstacle, l’une des pales de l’hélice peut provoquer un déséquilibre et engendrer une vibration du moteur. Cette vibration, transmise par l’arbre d’hélice, aura des conséquences sur les roulements ainsi que sur les joints spi assurant l’étanchéité du moteur. Il y aura également une détérioration prématurée des pièces du moteur, une surconsommation d’électricité mais également de carburant pour les moteurs thermiques. Le bateau naviguera, suivant le degré d’usure de l’hélice à une vitesse réduite. Dans les cas les plus « graves », la vibration de l’arbre d’hélice va provoquer une infiltration d’eau dans l’embase du moteur.

Par ailleurs, que votre embarcation soit équipée d’une hélice ou d’une turbine, c’est la même chose.

Est-ce rentable de changer son hélice ?

Au vue de la détérioration du moteur, il est généralement judicieux de changer d’hélice. En comparant le coût de l’usure prématurée du moteur au coût d’une hélice, il n’y a pas photo ! Changer une hélice revient bien moins cher que de changer de moteur. Le moteur va moins consommer d’électricité sur les batteries qui gagneront en autonomie donc vous demanderez également moins à votre variateur et chargeur et également à votre fournisseur en électricité. Nous avons récemment eu un retour client, son hélice était totalement limée. Après l’avoir changé, le bateau a instantanément repris sa vitesse et ses capacités initiales, tout cela, à relativement moindre coûts.
Cliquez ici pour consulter nos modèles d’hélices.

Comment savoir si son hélice est viable ?

Le diagnostic d’une hélice endommagée est, dans un premier temps, le bruit et les vibrations qui se diffusent dans le moteur et dans l’ensemble du bateau. On parle alors d’hélice faussée.

Est-ce possible de réparer son hélice ?

Oui, si vous arrivez à faire en sorte que ses pales ressemblent aux pales d’origine c’est bon. Attention, les hélices en aluminium se plient mais cassent au redressement. Une hélice alu est donc généralement irréparable si pliée.
Si vous avez une hélice en plastique dur comme sur nos modèles de moteurs électriques pour bateaux, votre hélice ne va pas se plier mais elle va être rongée par les éléments frottés.
Pour les hélices en métal ou en inox, en la chauffant vous pouvez essayer de redresser les pales tordues.
Dans tous les cas, il est vivement conseillé de demander à un professionnel. Généralement, il faudra la changer, même pour ce qui vous semble être la plus moindre détérioration.
La priorité essentielle est de retrouver l’équilibre des pales mais vous ne retrouverez en aucun cas le rendement initial de l’hélice.

Quels sont les équipements nécessaires à l’entretient moteur (et bateau) ?

Suivent votre type de moteur (moteur hors bord ou in board), votre yacht, voilier ou autre plaisanciers, votre moteur aura besoin d’une attention particulière. N’hésitez pas à sortir votre navire de l’eau et profiter de l’hivernage pour en faire un tour et voir ce qui cloche. Les plus classiques sont :

  • Carène ;
  • étrave ;
  • anode ;
  • quille ;
  • Ancre ;
  • cale …

Pensez également à vérifier l’ensemble de l’accastillage (les écrou, taquets, les ammares et différents cordages, l’ancre, la pompe à eau…) En effet, dans un milieu d’eau douce, l’eau est moins corrosive tandis qu’en eau salée, vos équipements sont exposés à un environnement plus agressif. Pensez également à faire le plein des différents éléments de sécurités, aussi bien pour votre équipage que pour bateau ! Il vous faudra autant de gilets de sauvetage que de personnes à bord, pensez à prendre une pagaie (on ne sait jamais ! ), a changer les pneumatiques (pare-battage).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devis gratuit La Boutique +33 (0)2 40 48 74 33